Ruben Antoine

Gestionnaire de Portefeuille

Tulett, Matthews and Associates Inc.

Mis en ligne le 02/07/18

Au courant de sa carrière, Ruben Antoine a su saisir les opportunités qui se sont présentées sur son parcours, et ainsi voyager le monde tout en progressant rapidement dans sa carrière. Il a pu ainsi œuvrer dans le secteur financier de Montréal, Londres et des Îles Vierges Britanniques. Après de nombreuses années dans les placements alternatifs et la finance internationale, Ruben senti le désir de travailler avec des gens dans la gestion de leurs finances afin d’avoir un impact positif sur leur vie. Il quitte donc le côté institutionnel pour utiliser tout le bagage qu’il a acquis dans la gestion privée de portefeuille. Ce changement est motivé par sa passion à travailler avec des particuliers investisseurs dans l’atteinte de leurs objectifs financiers.

Comment expliques-tu ton métier à quelqu’un qui ne connaît rien de ce que tu fais?
J’aide une clientèle d’investisseurs et de familles fortunés à investir leurs actifs et préserver leur patrimoine. Je dessers, entres autres, des cadres supérieurs et des professionnels très occupés et donc, qui veulent déléguer la gestion de leurs placements pour se concentrer sur leur carrière et leur famille. Je travaille aussi avec des entrepreneurs qui cherchent à diversifier leur patrimoine indépendamment de leur compagnie. Mes clients se fient à moi pour tout ce qui englobe leurs affaires financières. Je suis comme leur « CFO » personnel.

Quel moment a fait réellement déclencher ta carrière?
Le moment où j’ai décidé de sortir de ma zone de confort et de sauter dans l’inconnu. Après mes études universitaires, j’ai trouvé un travail intéressant pour un petit cabinet comptable, situé à 5 minutes de chez moi et je desservais une clientèle locale. Le quotidien me plaisait et je me sentais en sécurité. Cependant, mon ambition me poussait à aspirer à plus. J’ai donc décidé que je voulais me déstabiliser pour apprendre, pour progresser. Je me suis dit qu’il fallait que je m’expose à une expérience contraire à que je vivais : je voulais travailler loin de la maison dans un autre pays, dans un milieu complètement différent, dans une nouvelle langue, pour une grande firme et avec des clients internationaux! Avec beaucoup de réseautage et de la persévérance dans ma recherche, cette opportunité s’est finalement présentée et cela à propulser ma carrière.

Mon expérience internationale a débuté lorsque j’ai accepté un poste d’auditeur sénior aux Îles Vierges Britanniques chez Deloitte. Cette opportunité m’a amené à fournir des services professionnels à divers clients à l’échelle mondiale, incluant des entreprises pétrolières, des gestionnaires de fonds, des compagnies d’investissement et des sociétés fiduciaires. Quelques années plus tard,  j’ai déménagé en Angleterre et travaillé pour la firme londonienne d’investissement ESO Capital Group. J’étais responsable de toutes les questions financières et opérationnelles, les relations avec les investisseurs, ainsi que de la gestion de risque de change des fonds gérés par la firme.

Quel a été ton plus grand risque en carrière?
De retour à Montréal, j’ai accepté un rôle de vice-président chez MaplesFS, une firme globale en services aux gestionnaires de fonds d’investissement. Le plus grand risque a été lorsque j’ai quitté cet emploi stable et bien rémunéré pour me spécialiser en gestion privée de patrimoine. Avoir travaillé avec plusieurs banquiers d’investissement, ainsi que des gestionnaires de fonds spéculatifs et de placements privés, j’ai réalisé que certains domaines de la finance se concentrent sur la conclusion d’ententes de millions de dollars, les investissements à risque et la croissance des profits, souvent au détriment des investisseurs. J’ai donc senti le besoin de travailler avec des gens pour les guider vers de meilleures façons d’investir. Le changement n’a pas été facile mais, ce fut une des meilleures décisions de ma vie. La finance me passionne et je trouve cela gratifiant d’utiliser tout le bagage que j’ai acquis pour aider les gens dans l’atteinte de leurs buts financiers et la préservation de ce qu’ils ont travaillé fort à bâtir.

Quel a été ton plus grand accomplissement ou fierté?
Une des plus grandes difficultés que j’ai eu à surmonter a été d’entamer ma carrière professionnelle. Trouver un emploi en cabinet comptable à la sortie de l’école n’a pas été facile. J’ai envoyé environ 200 CVs et fait des vingtaines d’entrevues, blâmant des fois la couleur de ma peau comme cause de mes difficultés. Avec persistance, l’opportunité espérée s’est finalement présentée. J’ai donc compris que tout ce qui compte, c’est de travailler fort et d’être persévérant. Maintenant, je réalise qu’avec le temps, l’expérience acquise et notre professionnalisme nous précèdent, ce qui attire les opportunités d’elles-mêmes vers nous. J’ai donc arrêté de voir les difficultés comme des obstacles, mais plutôt comme des occasions d’apprendre et de se dépasser. Mon plus grand accomplissement est donc mon parcours professionnel. Mais ma fierté reste ma famille : ma conjointe Marie-Hélène qui me supporte dans mes rêves les plus fous et mon adorable petite fille Maëlla qui est la source de ma motivation.

Comment perceviez-vous votre métier avant de plonger dans la réalité que vous êtes à l’heure actuelle?
Avant de commencer ce métier, je pensais que desservir une clientèle fortunée signifiait travailler avec des gens qui manifestent tous les clichés qu’on a tendance à associer aux personnes riches. J’ai vite réalisé que la très grande majorité des gens avec qui je travaille sont sympathiques, humbles et travaillants. Ils ont les mêmes inquiétudes et préoccupations que tout le monde. Ils ne sont pas tous nés avec une cuillère d’argent dans la bouche. Beaucoup d’entres eux viennent de milieux modestes et ont su avec ardeur et efforts améliorer leur condition financière.  

Comment vous vous projetez dans 10 ans ?
Je me vois aider ma communauté à créer de la richesse, la croître et la préserver. Ceci commence par l’éducation financière dès le jeune âge. Je me vois donc partager mes connaissances et mon expérience pour inspirer les jeunes et les motiver à agir. Je me vois aussi partager mon expertise avec diverses organisations, et être impliqué dans des projets variés pour contribuer à l’essor de ma communauté, de ma ville et de la province du Québec.

Comment séparer votre vie professionnelle à votre vie personnelle?
La gestion privée de portefeuille n’est pas un domaine de 9 à 5. Il y a plusieurs journées occupées, mais je m’assure de finir le boulot au boulot avant de quitter le bureau. Je ne ramène pas de dossiers à la maison, et je n’ouvre pas l’ordinateur quand ma fille est couchée. Cependant, la nature de mon travail fait qu’il faut quand même rester connecter car je gère la vie des gens. Le portefeuille de mes clients est souvent leur plus grand actif et prendre des décisions financières fait partie intégrante de leur quotidien. Je dois donc rester disponible s’ils ont besoin de mes conseils ou m’envoient une demande urgente en rapport avec leur portefeuille.

« Ne restez pas dans votre zone de confort. Quand on reste dans le familier,  on arrête d’apprendre et d’évoluer, de devenir le meilleur de soi-même. »

 

Quel a été ton meilleur conseil reçu?
Mon père m’a toujours dit de prendre toutes décisions avec ma tête, mais de définir mes valeurs, ma vision, et mes objectifs avec mon cœur. La tête doit effectuer les actions au service du plan global du cœur. Il me rappelait toujours qu’il ne faut pas laisser les émotions guider mes actions, mais plutôt la raison. Mais que toute action que je pose doit être en harmonie avec l’empathie et l’amour de l’autre.

Quel serait le  meilleur conseil que tu donnerais?
Ne restez pas dans votre zone de confort. Quand on reste dans le familier,  on arrête d’apprendre et d’évoluer, de devenir le meilleur de soi-même. Osez! Prenez des risques! Sautez sur de nouvelles expériences! C’est là que la magie s’opère!

Qui a été votre plus grand mentor?
J’ai eu beaucoup de mentors tout au long de mon parcours. Mon mentor le plus important, celui qui a fait qui je suis est mon père Paul Antoine. C’est lui qui m’a enseigné la rigueur dans le travail et de toujours continuer à s’éduquer et apprendre pour devenir un expert dans son domaine, ou simplement élargir ses horizons. Il est le meilleur exemple car il a fait des études en anthropologie, en journalisme, et détient deux maîtrises en sciences de la communication et en droit international, ainsi qu’un doctorat en communication sociale. Mon éthique de travail et ma soif insatiable d’apprendre m’ont été inculqués par lui.

Du côté professionnel, mon mentor actuel est Keith Matthews avec qui je travaille. Il y a plus de 20 ans, Keith a quitté le monde très lucratif de la négociation de titres obligataires (« bond trading ») pour se lancer dans la gestion privée de patrimoine. Il est cet entrepreneur à succès qui reste modeste et qui met toujours l’intérêt du client avant le sien ou celui de sa firme. J’apprends énormément  de lui. Son intégrité hors pair, son empathie envers les autres, sa franchise et son leadership exemplaire fait de lui un des plus grands mentors que j’ai eu la chance d’avoir.

Désirez-vous mettre de l’avant un moment qui aurait marqué votre parcours?
Une particularité dans mon passé, c’est que j’ai grandi une grande partie de ma vie avec 140 orphelins qui sont comme devenus mes frères et sœurs. Je suis né à Montréal de parents haïtiens, et à l’âge de 4 ans, mes parents ont décidé de retourner vivre en Haïti. Mon père qui travaillait pour Radio-Canada à l’époque venait d’accepter un poste de Directeur pour un des SOS Villages de Port-au-Prince. SOS Villages d’Enfants est le plus grand organisme de bienfaisance œuvrant auprès des enfants orphelins et abandonnés dans le monde. L’organisme crée et administre des villages pour fournir à ces enfants des foyers chaleureux et veiller à leur alimentation, santé, abri et éducation. J’ai donc passé mon enfance et une partie de mon adolescence avec d’autres jeunes comme moi, mais qui ont eu une enfance difficile, et ont perdu leurs parents. Mon père et ma mère sont devenus dans un sens les parents de ces  enfants. Cette période de ma vie m’a transmis les valeurs de partage, de compassion envers autrui et d’appréciation de chaque instant de la vie.

 

Ruben Antoine est un gestionnaire de portefeuille accrédité chez Tulett, Matthews & Associés, une firme privée de gestion de patrimoine desservant une clientèle d’investisseurs nantis et de familles fortunées.  Ruben conseille des entrepreneurs, des professionnels et des cadres supérieurs de grandes compagnies sur la structuration de leur portefeuille d’investissement et la gestion de leur patrimoine. Détenteur des titres professionnels de « Chartered Financial Analyst » (CFA) et de Comptable Professionnel Agréé (CPA, CA), ses clients apprécient grandement son expertise qui marie bien ses connaissances et expériences en finance, placements et fiscalité. Ruben est aussi titulaire d’un baccalauréat en administration des affaires, ainsi que d’un diplôme d’études supérieures spécialisées en comptabilité de l’école des Hautes Études Commerciales.