Karine Joizil

Avocate, associée

Lavery

Mis en ligne le 02/07/18

Après avoir jeté la main en politique à un âge relativement jeune, Karine Joizil est revenue à sa véritable vocation professionnelle, celle d’avocate de litige. Au cours de sa carrière, elle a acquis une connaissance approfondie de la législation dans le secteur de la santé et conseille régulièrement des professionnels et des organisations sur ce sujet. Elle croit également qu’il est important d’investir dans la communauté juridique et enseigne le droit public et administratif à l’École du Barreau depuis plus de dix ans. Mère de jumeaux actifs de 11 ans, elle trouve le temps de redonner à sa communauté et est actuellement présidente du conseil d’administration de Recyc-Québec.

 

Ma plus grande fierté c’est de voir mes jumeaux de 11 ans s’épanouir de jour en jour, progresser dans pleins de domaines et être cultivés et conscients du monde qui les entoure.”

 

Comment expliques-tu ton métier à quelqu’un qui ne connaît rien de ce que tu fais?
Je suis une avocate de litige; Associée, au sein du cabinet Lavery. Mon travail consiste à conseiller et à assister des entreprises (et parfois des particuliers) qui ont des droits à faire valoir ou qui doivent se défendre face à des réclamations qu’elles jugent inappropriées. Ultimement, je représente ces entreprises ou ces personnes devant les tribunaux.

Quel moment ou quel projet a fait réellement déclencher ta carrière?
Il est certain que mes implications politiques à un âge relativement  jeune m’ont exposée à un grand nombre de personnalités et m’ont amenée à faire des interventions publiques qui ont permis que je sois remarquée. Cela m’a également permis de développer des aptitudes dont je me sers quotidiennement dans mon travail: l’art du compromis,  la capacité de développer un argumentaire rapidement, l’art oratoire. Je profite également du réseau développé au cours de ces années dans le cadre de mon travail et de mes autres implications sociales.

Quel a été ton plus grand accomplissement ou fierté?
Ma plus grande fierté c’est de voir mes jumeaux de 11 ans s’épanouir de jour en jour, progresser dans pleins de domaines et être cultivés et conscients du monde qui les entoure. Être une maman professionnelle est un défi de tous les instants et jusqu’à présent, je me dis nous sommes sur la bonne voie!

Quel a été ton plus grand risque en carrière?
Faire le saut en politique active lors des élections générales fédérales de 2011 alors que ce n’était pas planifié. Après la défaite, il a fallu gérer mon retour à la pratique du droit.

Comment perceviez-vous votre métier avant de plonger dans la réalité que vous êtes à l’heur actuelle.
J’ai toujours su que je voulais plaider. On dirait que j’ai toujours été en phase avec cet aspect de ma pratique. Ce que j’ignorais c’est que souvent avant de convaincre un juge, il faut convaincre nos clients. On ne peut pas leur demander de nous mettre entre les mains et de nous laisser faire sans mot dire. Il y a donc un travail de collaboration, d’accompagnement et de persuasion qui doit se faire en amont avec celui ou celle qui nous confie le mandat de le représenter.

“Ce n’est pas la grandeur du geste ou le nombre de fois qu’il est posé qui compte mais bien sa sincérité et sa portée au moment où il est posé.” 

Quel a été ton meilleur conseil reçu?
N’accepte pas une offre par dépit. Tant que l’opportunité avec les conditions que tu recherches ne se présente pas attends!

Quelle est ta source d’inspiration au quotidien et même dans le cadre de ton travail?
Mes enfants sont mes principales sources d’inspiration au quotidien, je veux  bien faire pour eux. Je veux, à mon tour, être un modèle pour eux. Mes parents sont une autre source d’inspiration, ils ont façonné la personne que je suis. Je souhaite que mes actions rendent hommage à leurs efforts et sacrifices. Évidemment, j’ai des collègues de travail qui m’inspirent tous les jours par leur intelligence et leur rigueur. Ce qui m’inspire davantage ce sont les clients et la confiance dont ils témoignent. Chaque jour je me lève en me disant que je dois m’en montrer digne.

Quelles sont les défis pour les femmes et minorités en politique ? Pourquoi est-il important d’avoir une représentation de tous au sein du gouvernement ?
Les femmes en général sont confrontées à de nombreux défis. Elles doivent exceller mais on s’attend d’elles qu’elles le fassent en toute humilité.  On les veut efficaces mais discrètes, brillantes mais dans l’ombre. À ces attentes, pour la femme issue d’une minorité, elle devra combattre les non-dits et les a priori dont elle ne connaît pas toujours les tenants et aboutissants. L’appartenance à une minorité permet de se démarquer et donne de la perspective. Toutefois, il faut éviter l’étiquette de « la minorité » car certains voudront vous confiner à ce rôle de représentant ou pire de figurant… Le défi demeure donc de demeurer intègre par rapport à qui l’on est et d’où l’on vient tout en s’assurant d’être une caricature de soi-même ou folklorique . Il est primordial toutes les sphères de l’activité publique soient représentatives de la composition de notre société. Il en va de l’équilibre de celle-ci. C’est ainsi que l’on pourra s’assurer d’une certaine cohésion sociale.

“ Suivez votre instinct, 9 fois sur 10, il vous dicte la bonne voie.”


Parlez-nous de l’importance de redonner à votre communauté locale.
Je suis de celle qui croit que dans la vie, il faut faire une différence. Il faut être de ceux et celles qui auront essayé. Lorsque la vie, nous accorde certains privilèges, il faut être conscient que ce sont effectivement des acquis avec lesquelles viennent la responsabilité d’accompagner et de veiller au progrès des moins nantis.  Par nos actions, nos choix, nous silences et nos paroles nous avons le pouvoir et le devoir d’aider ceux qui nous regardent et surtout ceux qui ne nous connaissent pas mais qui en revanche ont besoin de nous. Ce n’est pas la grandeur du geste ou le nombre de fois qu’il est posé qui compte mais bien sa sincérité et sa portée au moment où il est posé.

Désirez-vous mettre de l’avant une anecdote ou un moment qui aurait marqué votre parcours?
La vie aura fait en sorte que j’ai dû recourir à la procréation assistée pour concevoir mes magnifiques garçons de 11 ans. Cette expérience personnelle m’a permis de comprendre la réalité de personnes vivant la même réalité et m’a amenée à m’impliquer au niveau philanthropique pour soutenir cette cause. Or, cela m’a aussi donné l’opportunité de mieux comprendre les enjeux juridiques liés à la procréation assistée. En conséquence, aujourd’hui, en raison d’un difficulté bien personnelle, je bénéficie d’un réseau de contacts exceptionnels et ai pu me développer une clientèle et une expérience professionnelle auprès des professionnels de la santé de ce domaine mais aussi issus d’autres spécialités médicales.


Karine Joizil est ass ociée au sein du groupe Litige et règlement des différends. Elle a développé, tout au long de sa carrière, une solide expertise en litige civil et commercial, y compris les actions collectives. Elle pratique également le litige dans les domains du droit administratif, de l’accès à l’information et de la protection des renseignements personnels et du droit corporatif. Elle est lauréate du prix « Jeune leader politiquement engagé », du Jeune chambre de commerce haïtienne en 2009 et lauréate du prix « Avocate de l’année 2008 »- Litige civil et commercial, de l’Association du Jeune Barreau de Montréal.