François De Paul Nkombou

Vice-Président à la vérification interne et à la gestion de risques

Groupe CANAM

Mis en ligne le 12/01/17

Un expert maître de son destin

D’origine camerounaise, François De Paul Nkombou est Vice-président à la vérification interne (CAE) et à la gestion de risques (CRO) du Groupe CANAM où entre autres il participe au suivi des grands projets de construction dont un avec la NASA où il a eu à intervenir en 2016. Chargé de cours aux HEC de Montréal de 2006 à 2014, conférencier reconnu pour son expertise, il a siégé sur des conseils d’administration comme ceux de la Société Canadienne du Cancer et des CPA de la Montérégie. Impliqué dans plusieurs causes, son parcours a été souligné de nombreuses fois, notamment en 2012, à l’occasion de la 21e édition du mois de l’Histoire des Noirs, où il a été reconnu comme un « modèle professionnel pour la communauté noire », et en 2016 où l’Ordre des CPA lui a accordé un prix pour son engagement communautaire.

« Ce n’est pas impossible pour une grande entreprise de conserver des valeurs sociales et humaines tout en restant économiquement efficace et performante. »

francois-banner-1

Depuis 2007, François De Paul Nkombou fait partie de la direction du Groupe CANAM, et il est, depuis 2009, vice-président à la vérification interne et à la gestion de risques. CANAM est le plus important fabricant nord-américain de composantes métalliques. Cette entreprise est cotée à la bourse de Toronto avec un chiffre d’affaires dépassant 1,5 milliard de dollars en 2016 et gère des opérations au Canada, aux États-Unis, en Roumanie, en Inde… Le vice-président à la vérification interne de ce géant des composantes métalliques est également chargé de cours en Finances et en Audit aux HEC de Montréal depuis 2006 et prévoit soutenir sa thèse de doctorat en finance à l’automne 2017.

Q : Quelle méthode gestion préconisez-vous?

R : La quête des résultats. You have to make it happen! L’important en gestion c’est de tout mettre en œuvre pour atteindre les résultats, ou livrer la marchandise comme on le dit. Pour atteindre nos objectifs, c’est primordial de savoir évaluer et gérer tous les facteurs favorables ou défavorables qui existent. C’est une méthode de gestion qui est valable dans tous les domaines.

Q : Qui a été votre plus grand mentor?

R : Mon père est une grande source d’inspiration pour moi. Il nous a inculqué une culture du dépassement de soi. Une phrase marquante qu’il m’a souvent répétée : « Rien n’est donné, il faut travailler pour gagner son pain ». Avec lui, il fallait toujours se dépasser. Quelle coïncidence, je travaille aujourd’hui dans une entreprise où pour gagner un contrat, il faut être le numéro un lors d’un appel d’offre.

Q : Quelle serait une de vos grandes sources d’inspiration ?

R : J’ai beaucoup été inspiré par les valeurs des dirigeants de l’entreprise qui m’emploie. CANAM a des valeurs familiales et entrepreneuriales. De plus en plus, les entreprises ont tendance à négliger les facteurs humains ou sociaux, au profit des facteurs financiers. Chez CANAM, les fondateurs ont une vision humaine, qui permet de contribuer à la rentabilité et à la performance de l’organisation de façon durable.

20 ans d’expérience internationale

Avant d’être vice-président à la vérification interne et à la gestion de risque chez Canam, ce gestionnaire chevronné est en voie d’obtenir un doctorat en finance de l’Université de Sherbrooke, en plus d’être diplômé des universités Catholiques de Lyon et de Yaoundé ainsi que des HEC de Montréal. Depuis le début de ses études, monsieur Nkombou a cumulé près de 20 ans d’expérience internationale diversifiée en finance, en comptabilité et en tant que professeur.

Encourager la jeunesse à se démarquer

En tant qu’orateur, professeur et conférencier, monsieur François de Paul Nkombou souhaite encourager les jeunes professionnels à se démarquer dans le monde des affaires au Québec et à prendre conscience de leur potentiel. À l’aide de ses récits portants sur son parcours et ses expériences à l’international, il désire accomplir le rôle de modèle qui lui a été attribué lors du Mois de l’histoire des noirs.

« Alors chez Canam contribuer à l’atteinte des objectifs avec ou sans accommodements est mon leitmotiv, mon carburant dans l’enseignement, c’est d’essayer de former les jeunes, en espérant qu’à leur tour avec les têtes bien faites, ils puissent transformer la société de demain. Les petits témoignages que je reçois de temps en temps d’étudiants qui ont été touchés par ce que j’ai dit sont les plus belles marques de reconnaissance pour moi. »

 

Développer la recherche sur le cancer

Monsieur Nkombou est membre du Comité d’Audit et de Gestion des Risques (CAGR) du Conseil d’Administration de la Société Canadienne du Cancer (Québec). Pour le vice-président, il est important de renforcer les structures que nous avons. « Dans les sociétés dites développées, les gens ne sont pas toujours conscients de la chance qu’ils ont des structures comme les nôtres. Dans mon pays d’origine, les gens n’ont pas accès à certains spécialistes et quand ils sont malades, ils sont destinés à la mort. Le cancer est une cause qui me touche beaucoup, et j’espère renforcer les structures existantes pour que les gens puissent en bénéficier », explique l’entrepreneur.  

Donner pour pérenniser nos actions

« Je suis sensible à toute personne défavorisée, que ce soit par leur race, sexe, idée ou orientation. C’est important pour moi de contribuer en donnant l’exemple. Par le don et les campagnes de financement, les structures dont bénéficie le Québec peuvent pérenniser leurs actions. C’est grâce à ces actions que nous pouvons faire avancer ces causes », souligne le vice-président

Prix et reconnaissances

L’histoire des noirs, comme modèle d’intégration au Québec
Le réseau des professionnels africains comme modèle d’inspiration
Prix CPA 2016

Une petite anecdote

Cela fait près de 15 ans que je vis au Québec et plus de 5 ans que je parcoure les arénas avec mes 3 enfants qui pratiquent le sport national du Québec et croyez-moi j’aime bien voir jouer le spectaculaire P.K. Malgré l’intensité de mon implication à l’égard de ce sport que pratiquent mes enfants camerouno-québeco-canadiens, je dois avouer qu’il manque un élément important à mon intégration, je ne sais toujours pas bien prononcer le mot «HOCKEY». (Rires)

SUIVEZ LE TRAVAIL DE FRANÇOIS DE PAUL NKOMBOU 

GroupeCanam.com
Facebook.com/Canam